Une séance d’orientation avec Lucie et ses parents.

Avoir les bonnes infos sur son orientation avec Via Orientation Nantes

Lucie est en seconde et cherche sa filière de 1ère ! Ses parents désirent une filière scientifique, pas elle… Quel choix faire ?

Ne pas choisir une filière pour de mauvaises raisons

J’ai reçu Lucie dans mon cabinet. Elle est en seconde, et vient pour discuter de sa filière de 1ère. C’est sa maman qui a pris le rendez-vous. Elle est très stressée, et assez timide. Pour l’aider à déterminer la filière qui lui conviendrait, j’ai besoin de la connaître un peu mieux.

Nous commençons donc à échanger, et au bout de quelques phrases, elle me dit que de toute façon, elle n’a pas le choix, et qu’elle doit aller en filière scientifique, car cela ouvre plus de portes, et que toute sa famille a fait S.
De son côté, elle me dit détester les maths, être nulle en sciences-physiques et rêve de faire une filière littéraire, car elle adore lire, et aime beaucoup les langues.
Gros dilemme pour elle ! Elle n’ose pas imposer ses envies à ses parents de peur de les décevoir. Mais elle sent (malgré qu’elle soit bonne élève) qu’elle ne s’épanouira pas dans cette filière.
J’essaye de comprendre de mon côté, pourquoi cette filière S est elle importante à tout prix de la part de la famille. Elle me raconte alors que ses parents n’ont pas eu le choix, et que finalement ils « n’ont pas détesté », qu’ils disent que cela mène à tout, et qu’elle en est capable.
De plus, la suite semble toute tracée pour Lucie, une prépa, où médecine. Sa maman est ingénieure et son papa médecin ! Ils semblent aimer leurs métiers respectifs, mais Lucie n’en est pas très sûre, car ils ne parlent jamais de leur quotidien du travail, à la maison.
Lucie quant à elle ne désire être ni médecin, ni ingénieure. Le métier d’ingénieur est très vague pour elle, et soigner des gens toute la journée ne l’inspire pas plus que cela !
Lucie veut voyager, échanger, découvrir et parler plusieurs langues.
Son stress est palpable, et les larmes pas loin.

Réfléchir à ses propres besoins et intérêts

Ses intérêts diffèrent beaucoup de la voie tracée par ses parents et elle se sent vraiment perdue, d’autant qu’elle doit dans les 8 jours indiquer son choix pour le conseil de classe.
Je lui suggère alors de recevoir ses parents avec elle, afin qu’elle puisse leur parler de ses envies, et besoins.
Quelques jours plus tard nous nous rencontrons tous les quatre. J’ai devant moi des parents bienveillants, qui ne désirent que le bonheur et l’épanouissement de leur fille.
Parfait cela commence bien. Seulement voilà, l’épanouissement de Lucie ne peut passer que par la case scientifique, car ils ne connaissent que cela ! Et ça les rassure ! Ils pensent que si elle prend une autre voie, ils ne pourront pas l’aider, et l’accompagner comme il se doit. Ils ont peur pour elle et pour son avenir, d’autant plus que la filière S « ouvre toutes les portes ».

Se faire confiance

J’ai ensuite invité Lucie à s’exprimer et donner son ressenti à ses parents, sur sa peur de les décevoir ainsi que toute la famille. Puis sur ses propres envies qui diffèrent de celles de ses parents. Et pour finir elle leur a demandé de lui faire confiance.
Les parents de Lucie ont découvert chez leur fille une volonté et une maturité qu’ils ne soupçonnaient pas, et ont décidé de lui faire confiance, et de la laisser choisir sa filière.
Aujourd’hui Lucie est journaliste, épanouie, et dit volontiers que le fait d’avoir pu choisir elle-même son orientation a développé chez elle une forte motivation.

Alors de la communication et de la confiance !

Pas de commentaires.